Natacha Lesueur

Note d'intention

Depuis le début des 90, l'ensemble de mon travail est essentiellement constitué de mises en scène photographiques. Corps, apparence, apparat, relation intime que la chair et l’alimentaire entretiennent, nourrissent des clichés longuement élaborés en studio. L'image photographique vient se poser comme un vernis sur d'éphémères sculptures biologiques: j'ai souvent fait appel dans mes compositions à l'usage d'aliments périssables, ou à de fugitives empreintes épidermiques.

Pour la première fois, le projet que je souhaiterais réaliser dans le cadre de la résidence dans l’atelier de Parignargues adopterait le support sculptural.

À partir de matières informes, molles et malléables, genre de transcription du magma originel: argile, extensions capillaires postiches, eau vive, brume, je souhaiterais réaliser un projet s'interrogeant sur la fixation des formes.

Lire la suite

La structure et l'aspect de ces constructions prendraient leurs racines dans l'esthétique des fabriques de jardin (construction à vocation ornementale dont les formes évoquent en général des éléments architecturaux inspirés de l'antiquité, de l'histoire, de contrées exotiques ou de la nature) associées aux exagérations capillaires des "extravagantes" (femmes galantes sous Louis XVI). L'usage de perruque confèrera aux sculptures un aspect anthropomorphique. Leur échelle sera donc humaine, dictée par la matière postiche.

La céramique exploitera son potentiel naturaliste, et puisera ses motifs dans le monde végétal et aquatique : fruits, fleurs et animaux exotiques, en référence aux "rustiques figulines" de Bernard Palissy.  Produire un excès de ressemblance écrasant, quelque chose de géologique, une pétrification de coquillages et de mousse, de batraciens, de serpents ou des poissons moulés sur le vif, sur des fonds de rocaille.

Enfin ces édifications accueilleront des petits systèmes hydrauliques, où l'eau (à l'état liquide ou brumeux) deviendra la composante mobile de la sculpture.

Ainsi à sa manière, chaque matériel questionnera différents aspects de la ressemblance informe.

Natacha Lesueur, 2011

Temps 01

Nous avons reçu Natacha Lesueur pour un premier temps de sa résidence ; comme promis, elle a déballé ses trois perruques blondes et un brumisateur-fontaine ; et le travail de préparation s'est mis en place, les choix des matières et des techniques, les partis pris d'exécution, quelques essais de moulage après cueillette aux Halles de Nîmes et chasse aux mousses et fougères dans le parc du mas de St Pierre à Parignargues.

(à suivre)

Oreille de Palissy
Temps 02

Temps de travail à l'atelier afin de construire un prototype que nous proposerons à l'artiste.

Nous avons repris les proportions et fabriqué un support de fontaine, pied (en béton cellulaire pour l'instant, mais tourné en terre cuite incessamment) et vasque en faïence, où pourront se fixer comme sur un porte-manteau les perruques. Les ornementations sur le fond et les parois de la vasque ont été modelées et moulées en faïence et seront fixées à la barbotine sur la vasque, cuit en four céramique à 980 °. Dans les trois intervalles entre les perruques, un "bouquet" ornemental plus volumineux, plus vif et comme surgissant de l'eau, sera constitué de poissons, coquillages et feuillage décoratif. Ses éléments sont moulés à l'aide de silicone et tirés en résine acrylique en raison des avantages de dureté et de finesse de cette matière. Le tout sera ensuite badigeonné d'un émail à froid blanc, prêt à recevoir les couleurs de décoration. Il conviendra ensuite de réaliser l'aspect technique de la fontaine (brumisateur + câbles électriques + etc) et de convenir de décorations supplémentaires sur les cheveux autour du pied de la fontaine.

Mis en ligne d'un document de travail à consulter pour voir toutes les images du travail.

Mis en ligne d'un document de travail 02 à consulter pour suivre la production.

 

 

Related Entries
© Copyright - Artelineha